top of page
  • Photo du rédacteurElectron Libre

Panneaux solaires : Autonomie en cas de coupure de courant


1/ Les raisons d’une coupure de courant


- Délestage (en cas de trop forte demande) : Il n’y a pas assez d’électricité pour répondre à la demande

- Intervention d’un technicien d’Enedis

- Orage (foudre)




2/ La coupure de production des panneaux solaires


Si les panneaux photovoltaïques continuent à injecter de l’électricité dans le réseau et qu’un technicien Enedis est en train de réaliser une intervention, cela peut le mettre gravement en danger (électrocution).

De plus, si les modules continuaient à produire, cela pourrait aussi détériorer les appareils, échauffer les conducteurs (risque d’incendie)


Pour cette raison, dès qu’il y a une coupure de courant sur le réseau, les panneaux photovoltaïques se coupent également.


Comment ça marche ?


Des règles de sécurité imposent d’installer un relai de découplage sur les micro-onduleurs ou les onduleurs pour faire disjoncter l’installation en cas de coupure réseau. C’est une obligation légale définie par la norme DIN VDE 0126-1-1 : Il est interdit de réinjecter de l’électricité dans le réseau public pendant les coupures de courant.


L’onduleur se met donc en marche uniquement quand il reçoit de l’électricité du réseau car pour fournir un courant, il doit scanner la fréquence du réseau et s’étalonner dessus.


Lorsque l’installation photovoltaïque est posée, il faut envoyer à Enedis une preuve de l’installation d’un relai de découplage.




3/ Comment être autonome ?


Si on veut être autonome il faut une installation avec un onduleur hybride ou bien un kit solaire avec batterie de stockage.



Qu’est-ce qu’un onduleur hybride ?


C’est un onduleur qui est conçu pour gérer une solution de stockage (batterie).

Les onduleurs hybrides ont en général 4 modes de fonctionnement :


- Mode off-grid

L’onduleur fonctionne hors réseau public (s’il est connecté à une batterie)

- Mode on-grid

L’onduleur fonctionne sur le réseau

- Mode hybride

Il est relié à la fois au réseau et à une ou plusieurs batteries

- Mode back up

L’onduleur continu à alimenter s’il y a une panne sur le réseau public


Il intègre un inverseur de source qui permet de passer de l’alimentation du réseau vers la batterie.

Dans ce cas, en cas de coupure du réseau, l’électricité est juste envoyée vers la maison mais pas vers le réseau public : elle peut permettre de continuer à alimenter le frigo, le congélateur, le chauffe-eau et l’ordinateur par exemple.



Qu’est-ce qu’un kit solaire ?


Un kit solaire est un ensemble d’éléments à installer seul (sans professionnel) servant à produire et consommer un peu d’énergie solaire chez soi.

Il comprend :

- Des panneaux photovoltaïques

- un onduleur ou des micro-onduleurs

- Une structure pour les poser au sol, sur une façade ou sur un toit

- Une batterie (à installer dans un local aéré)

- Des câbles


L’intérêt de cette installation est qu’elle peut être réalisée seule. En revanche, la puissance des kits solaires que l’on trouve sur le marché est souvent très faible et si on souhaite une puissance élevée, le prix est bien plus élevé qu’une installation de même puissance réalisée par un professionnel.

De plus, il n’est pas possible de relier le kit solaire autonome au réseau public, on ne peut donc pas revendre l’électricité non utilisée.




4/ Les différents types de batteries


Pour faire fonctionner l’installation photovoltaïque avec onduleur hybride, il est nécessaire d’installer une batterie. Il en existe actuellement 4 types :


Batteries au lithium ion

Elle prend peu de place, sa durée de vie est longue (de 8 à 10 ans.

Elle supporte d’être déchargée / rechargée jusqu’à 1200 cycles.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un local abrité et ventilé pour la stocker (en dessous de 600 kW de batterie)


Batterie à plomb ouvert

Durée de vie longue (10 ans)

Cette batterie est plus dangereuse : non étanche, sensible au froid. Lors de la charge, la batterie au plomb dégage un peu d’hydrogène. Pour éviter tout risque d’explosion, il lui faut un local bien ventilé mais abrité.

Elle prend plus de place, à volume et poids égal elle offre moins de capacité de stockage

Elle supporte entre 300 à 500 cycles de charge / décharge.

Elle doit être chargée à 100% pour ne pas compromettre sa durée de vie (éviter les cycles de charge incomplets)

En revanche, elle est moins chère.



Batterie de type AGM (Absorbed Glass Mat)

Elle utilise aussi du plomb mais elle est étanche et ne dégage pas de gaz. Il n’est pas nécessaire de la stocker à l’abri.

Sa durée de vie plus courte et elle supporte moins d’être déchargée / rechargée. Elle ne supporte pas d’être déchargée à 100% (garder toujours 20% de charge).

Elle accepte entre 600 et 900 cycles de charge / décharge

Elle a besoin de plus de place que la batterie au lithium-ion


Batterie au gel

C’est une batterie plomb à électrolyte gélifié.

Etanche. Durée de vie longue. Ne supporte pas les grosses intensités et charge fortes

600 cycles de charge / décharge

Peu adaptée aux courants de charge et décharge élevée

Elle a besoin de plus de place que la batterie au lithium-ion


Les batteries les plus intéressantes actuellement (prenant le moins de place, pas dangereuse, pas toxiques, résistantes, durables dans le temps) sont donc les batteries Lithium Ion. Elles sont en revanche plus chères que les autres.




L’intérêt d’une batterie et d’un onduleur hybride pour l’autonomie


A la fin d’une coupure de courant sur les réseau, toutes les installations se remettent en route toute seule, il n’y a rien à faire (même avec onduleur ou micro-onduleur classique).


S’il l’on souhaite être autonome en cas de coupure, la seule solution est l’installation d’un onduleur hybride avec système de stockage. Mais cela représente des frais supplémentaires (changement d’onduleur + batterie + lieu où l’installer).

Il est donc indispensable de réfléchir à la nécessité de cet investissement.


En France, les coupures de réseau sont rares. On nous annonce des délestages possibles dans les mois et années qui viennent. Il est difficile de prédire s’ils arriveront, quelles seront leur fréquence et leur durée.

En attendant, les seules coupures dues aux interventions des techniciens ou au orage semblent ne pas être suffisante pour nécessiter l’installation d’un système autonome, excepté en site isolé où les coupures sont plus courantes et peuvent durer plusieurs jours.


On pourra également noter que les onduleurs hybrides avec batteries permettent de maximiser le taux d’autoconsommation. Ce critère sera peut-être également plus important dans les années à venir avec l’augmentation des prix de l’électricité ?




Comments


bottom of page